Léo Walter - Député des Alpes de Haute Provence (04)

Revue de presse

« Léo Walter, député utile et défenseur de la ruralité »

Après des mois de débats houleux autour de la réforme des retraites, de motions de censure en 49-3, gouvernement et députés dénoncent d’une même voix le climat délétère à l’Assemblée. Loin de ce tumulte, « La Vie » a choisi de suivre un élu de terrain qui se bat pour ses administrés.
Article publié le 23/06/2023
par Corine Chabaud.

Avril 2024

Haute Provence Info – 18 avril 2024

Haute Provence Info – 12 avril 2024

Libération – 19 mars 2024 – A Briançon, le maire exige le retrait d’un monument en hommage aux migrants morts à la frontière.

Le Dauphiné Libéré – 11 mars 2024

Le Dauphiné Libéré – 10 mars 2024

L’humanité – 28 février 2024

« Développer les circuits courts, assurer des prix rémunérateurs aux éleveurs et limiter la souffrance animale : il y a urgence à réinstaller des abattoirs de proximité ! »

https://humanite.fr/en-debat/agriculture/pour-un-service-public-de-labattage

La Provence – 27 février 2024

2 députés européens, 13 députés de la NUPES : nous sommes 15 (communistes, écologistes et insoumis) à plaider pour une liste unique aux Européennes.

Ensemble, le 9 juin, nous pouvons battre Macron et balayer Le Pen !

Notre appel dans LaTribune ⤵️

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/avec-une-liste-unique-de-la-nupes-nous-pouvons-battre-le-rn-damien-careme-depute-europeen-groupe-des-verts-alliance-libre-europeenne-et-14-autres-elus-de-gauche-990793.html

La psychiatrie est en ruine. L’homme qui s’est suicidé à Toulouse est un ami d’enfance. Je le pleure aujourd’hui, et me bats pour que cela n’arrive plus demain.

« Il est urgent d’accompagner et de soigner plutôt que de surveiller et punir. »

Notre tribune dans Le Huffington Post ⤵️

https://www.huffingtonpost.fr/politique/article/la-psychiatrie-est-un-service-de-soin-pas-un-regime-de-surveillance-tribune_229914.html

YouPol / Libé / Les sous-doués font de la politique

 

Il paraît que le RN s’est notabilisé, institutionnalisé, que ses aspirations à gouverner seraient désormais beaucoup plus crédibles. Pourtant, au-delà de leur idéologie et de leur programme toujours profondément ancrés à l’extrême droite, les frontistes font régulièrement étalage de tout leur amateurisme, que ce soit dans les villes qu’ils dirigent ou à l’Assemblée nationale. Et ils en ont encore donné un exemple magnifique hier soir.

La fin de l’examen de leur niche parlementaire (aucun texte adopté) a en effet tourné au sketch tragi-comique avec leur proposition de loi (PPL) visant à interdire l’écriture inclusive à partir de 1h26). Non seulement sur le fond du texte, qui avait déjà été magistralement tourné en ridicule par le député LFI Léo Walter, en commission la semaine dernière. Mais aussi sur la forme : plusieurs élus ont rappelé que la liste des députés RN signataires de cette PPL présentait d’abord tous les hommes, puis les femmes. «Pour le RN, « le masculin l’emporte sur le féminin » n’est pas une règle de grammaire mal formulée, c’est une règle tout court, partout et toujours», a ainsi chargé Walter, relayé par le socialiste Arthur Delaporte : «Quand vous avez commencé la journée avec des espèces de leçons de féminisme à la terre entière […] sur l’endométriose, mais que vous la finissez en mettant les femmes après, je crois que c’est une singulière conception de la société que vous avez là, à moins que ça soit la réalité de votre conception, c’est-à-dire antiféministe, qui fait de votre lutte contre l’écriture inclusive le véhicule de votre vision profondément rétrograde et machiste.»

 

«Peut-être que vous n’y connaissez rien» Marine Le Pen a alors voulu marquer les esprits par un rappel au règlement : «Je souhaiterais que la présidence lance une enquête pour savoir qui est responsable d’avoir mis les noms des hommes puis les noms des femmes car ce n’est pas du tout la manière dont nous avons donné… Oui mes chers amis, peut-être que vous n’y connaissez rien mais en l’occurrence, ce sont les services qui ont sorti le texte de cette manière-là, je souhaiterais savoir qui est responsable de cela.» Voilà qui a fortement déplu à l’assistance, à l’instar du chef des députés Renaissance Sylvain Maillard : «Ça fait déjà une semaine que nous avons soulevé ce point-là en commission, vous n’avez rien dit, et là vous apparaissez, ce qui est pire, en insinuant que nos fonctionnaires, le personnel de l’Assemblée [serait en cause], c’est inacceptable.»

Après une suspension de séance, les travaux reprennent par un nouveau rappel au règlement de la patronne du groupe d’extrême droite. Et là, c’est le drame. «Après avoir fait une enquête, le tri par tableau excel a mis le M avant le Me, et par conséquent a trié le M, donc les hommes, avant le Me, c’est-à-dire les femmes», révèle une Le Pen soudainement bien piteuse. Qui s’en prend ensuite… aux collaborateurs parlementaires de son propre groupe : «Cette erreur est le fait d’assistants parlementaires d’un de nos députés. […] Il s’agit manifestement de l’erreur d’un collaborateur, et non pas de l’erreur des services, ce qui aurait pu arriver sans que ce soit une catastrophe et un drame.» Quelle classe.

«C’est toujours mauvais, quand on est président de groupe ou d’un parti, de se défausser sur ses collaborateurs, charge alors le socialiste Iñaki Echaniz. Si elle avait un peu de courage, [Le Pen] assumerait l’erreur de son propre groupe de n’avoir pas vérifié les signatures de cette PPL.» Le même rappellera ensuite que ce n’est pas la première fois que cette bourde se produit sur des textes déposés par le député RN Roger Chudeau. L’écolo Sarah Legrain enfonce le dernier clou dans le cercueil : «Vous avez montré votre incompétence non seulement sur le contenu du texte mais aussi sur votre capacité [à le défendre].» Et de conclure sur X (ex-Twitter) : «Quels nuls !» Pas mieux.

05160 Savines-le-Lac

04400 Barcelonnette

Le loup s’invite à la foire agricole de la Saint-Michel

Le Dauphiné Libéré :

La 20e foire de Barcelonnette a encore montré, samedi 30 septembre,qu’elle était un rendez-vous incontournable du monde agricole en Ubaye.

La foire agricole de Barcelonnette se déroulait samedi, organisée par la Ville et les bénévoles et présidée par Véronique Manuel, éleveuse. À cette occasion, le préfet du département des Alpes-de-Haute-Provence Marc Chapuis était présent en Ubaye aux côtés du sous-préfet, du président de la chambre d’agriculture Frédéric Esmiol, du sénateur Jean-Yves Roux, de Jean-Michel Tron représentant Éliane Bareille, présidente du Département excusée, et du député Léo Walter. En introduction, Sophie Vaginay-Ricourt, maire de Barcelonnette, a mis en avant « l’importance de la dynamique de l’agriculture, un facteur essentiel de la croissance économique », en rappelant que la ville venait d’accueillir le colloque de la Seram (pour “semaine européenne des races de massif”).

Le président de la chambre d’agriculture a fait part des « difficultés du métier d’agriculteur confronté aux aléas climatiques, à la réalité économique avec l’inflation qui s’applique aux transports et à l’énergie et à la prédation ». Frédéric Esmiol a martelé : « Ça fait 32 ans qu’on en parle, des moyens colossaux ont été mis pour la protection des troupeaux mais les éleveurs ne font pas ce métier pour toucher des indemnités. » Jean-Michel Tron, vice-président du Département, a assuré les agriculteurs de la mobilisation du Département à leurs côtés pour la lutte contre la prédation. Un sujet qui aura donc mobilisé l’ensemble des officiels présents. Le député Léo Walter a fait part de sa proposition de loi déposée à l’assemblée au sujet de la responsabilité des chiens de protection ou encore de son action pour accélérer les avances de trésorerie. Enfin, le préfet Marc Chapuis a fait l’inventaire des initiatives visant à améliorer la cohabitation des chiens de protection avec les habitants et les randonneurs : applications, formations… « car cela ne doit pas être une pression supplémentaire pour l’éleveur », a- t-il assuré. Quant au loup, « s’il est bien implanté, depuis un an, l’État fait une priorité de la protection de l’élevage. 27 loups ont été prélevés, soit beaucoup plus qu’avant. L’objectif n’est pas d’éradiquer le loup mais d’accepter d’en prélever davantage pour accélérer la protection des troupeaux », a-t-il encore affirmé.

Le département des Alpes-de-Haute-Provence serait l’un de plus touchés par la prédation avec une croissance significative du nombre de loups, passé de 530 en 2009 à 1104 en 2023.

04100 Manosque

Les chères défaites aux législatives 

04000 Digne-les-Bains

Loi Loup.

C’est peut-être la goutte d’eau qui va faire déborder le vase sur la Communauté de Communes Forcalquier Montagne de Lure. Les élus doivent se réunir ce jeudi soir pour voter le transfert anticipé au 1er janvier 2025 des compétences eau potable et assainissement collectif. Une obligation de la loi NOTRe pour janvier 2026, mais qui sera avancée d’une année sur le territoire après le vote des élus communautaires. Il sera ensuite proposé le choix du mode de gestion, soit une régie intercommunale donc publique, soit une délégation à une entreprise privée. Cruis Citoyen a lancé une pétition il y a quelques semaines pour s’opposer au transfert à un groupe, elle reçoit ce mercredi un soutien de taille puisque le député Insoumis Léo Walter vient de la signer.

04140 Auzet

Succès pour la 27° Fête des Monges, qui a réuni près de 300 personnes.

04000 Digne-les-Bains

04 Alpes-de-Haute-Provence
04 Alpes-de-Haute-Provence
04 Alpes-de-Haute-Provence
04 Alpes-de-Haute-Provence
04 Alpes-de-Haute-Provence